Dégustation

Dès qu’on parle de dégustation, il faut avoir en tête l’étude des vins, des fromages... En effet, la dégustation revient à reconnaître et découvrir des saveurs.

La dégustation en détail

La dégustation est plus un exercice pour décrire un vin que de le reconnaître selon les contextes. Elle ne consiste pas à deviner le millésime, son domaine de production ou encore son nom. Elle revient plutôt à analyser les sensations ressenties à son regard, sa texture en bouche, son goût, son exhalaison.

Une dégustation est une expérience personnelle. Chacun aura, en effet, ses propres ressentis avec un seul et même produit. Cet exercice appelle beaucoup à la subjectivité. Donc, on peut ne pas être d’accord sur le goût, sur l’odeur et même sur la couleur d’un vin, ou d'un fromage.

Il est primordial de réunir les conditions nécessaires pour s’atteler à la dégustation du vin ou la degustation d'un fromage. Cette pratique fait appel à la fois aux yeux, au nez et à la bouche (plus particulièrement la langue). Ainsi, il est important de ne pas avoir mangé un aliment qui sent fort comme certains fromages ou l’ail avant déguster un vin. Oubliez aussi la dégustation si vous venez de boire du café juste avant. Il en va de même si votre nez est bouché à cause d’un rhume ou si vous avez une conjonctivite. Il est préférable de la réaliser avant le repas, au moment où tous les sens sont en éveil.

La dégustation demande aussi un environnement spécifique : un espace propre, sans odeur spéciale et bien éclairé. Il ne doit faire trop chaud ni trop froid dans cette pièce.

La dégustation, un exercice pour les sens

  • La vue : L’œil est le premier organe stimulé dans la dégustation de vin. Il sert avant tout à reconnaître la couleur et les autres caractéristiques visuelles du vin. Il permet aussi de savoir si cette boisson est limpide ou trouble, vivace ou éteinte, brillante ou mate, éclatante ou terne ; sa robe, mais aussi l’intensité de sa couleur, etc.
  • L’odorat : L’emploi du nez est divisé en deux : le premier nez et le second nez. La première inhalation permet de savoir si le vin est ouvert ou ferme, avec la capacité à déterminer sa note de tête. La seconde inspiration est pratiquée avec d’autres techniques comme le fait de le carafer pour en savoir davantage sur cette boisson.
  • Le goût : La dégustation se termine par une petite gorgée du vin. La langue va déterminer le goût dominant (acide, sucré, amer…). Faire tourner le vin dans la bouche vous fera savoir si cette boisson est décevante ou intense et si elle est moelleuse ou acide. La gencive reconnaîtra, quant à elle, le tanin.

Atelier de dégustation

Tous les amateurs de vin peuvent jouer au jeu de la dégustation. Il suffit de suivre nos ateliers de dégustation pour pouvoir connaître les techniques de base de cette pratique et pour affiner votre méthode. Au fur et à mesure que vous suivez nos cours d'oenologie ou de fromage par exemple, vous serez en mesure d’améliorer vos compétences et de bien choisir vos prochains vins ou fromages afin de vous faire plaisir à vous et à vos proches.